Le Groupe Belge Francophone d'Études Cartésiennes

Vous invite :

DU 07/12/2016 AU 10/12/2016

À la Seconde conférence annuelle du réseau européen de philosophie japonaise (ENOJP)

« Celebrating 150 Years of Belgium-Japan Friendship »

This conference aims to provide the scholars in the field of comparative and Japanese philosophy with a platform for sharing their research projects and also to help them build a wider community of their scholarship across Europe and beyond. While celebrating 150 years of friendship between Belgium and Japan, this event will present three keynote addresses, one round table discussion, and 37 panels with 92 presenters from 68 Universities


PRÉSENTATION DU GROUPE BELGE FRANCOPHONE D'ÉTUDES CARTÉSIENNES

      Fin 2012, des professeurs et chercheurs issus de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) ont décidé d’unir leurs efforts et leurs recherches sur la philosophie du 17ème siècle en créant le Groupe Belge Francophone d’Etudes Cartésiennes ASBL. Cette association a pour but de promouvoir les études cartésiennes dans l’éclairage de la théorie des systèmes. Notre but est de fédérer les études philosophiques autour de la pensée de Descartes en prenant pour thèmes directeurs l’exil et la ruse philosophiques. Qu’il s’agisse de Descartes lui-même, d’Arnauld et des jansénistes, de Spinoza, toutes les grandes figures de la philosophie classique ont eu, à l’exemple de Socrate, des difficultés avec l’arbitraire des pouvoirs.

      Résolument philosophique, notre entreprise a pour ambition de traquer ce qui chez les penseurs classiques relève tant de la pratique méditative que de la dissimulation politico-religieuse. En prise avec tous les oppresseurs institués, la pensée n’aura eu de cesse d’être confrontée à la barbarie des siècles. En cette période des individualismes communautaristes, l’universalité de la pensée philosophique a pour devoir politique et intellectuel de réaffirmer ses spécificités. Notre Groupe de recherches se voudrait être un espace libre de pensée où les diverses tendances philosophiques auront l’occasion de s’exprimer en toute liberté. Notre démarche n’aura de sens que si elle s’inscrit dans les plus exigeantes rigueurs de la pensée scientifique. La démultiplication des pouvoirs, loin de favoriser la pensée, semble bien y mettre un frein irrécusable. C’est dire que notre but est avant tout une défense et un éloge de la Métaphysique et de la pensée critique dans l’optique irrémissible d’une philosophia perennis sans laquelle nous pensons que la philosophie ne trouvera son salut rédempteur.